Artists

Eva Borner, Basel (BS) & Hans Peter Gutjahr, Hauenstein (SO)

www.evaborner.ch

Dans ses oeuvres d’art médiatique Eva Borner crée des installations de vidéos, sons et objets. Elle construit des fils de récits poétiques, ambigus, cassés en eux-mêmes, qui tournent autour la perte et la mémoire. Dans ses travaux elle en éloigne le focus de l’art comme expérience en premier lieu visuel en le rédirigeant vers une aventure multisensorielle.

Par leur installation audio-visuelle A ce moment j’invente le présent, l’eau perlante dans l’ombre débordante d’un verre d’eau vide, Eva Borner et Hans Peter Gutjahr créent un jeu sensuel des perceptions et illusions. Un verre d’eau vide projette deux ombres sur le mur. Le verre reste toujours vide, tandis que les ombres commencent lentement à se remplir d’eau en alternance. Un contrebassiste (Markus Fischer) et un sound designer (Hans Peter Gutjahr) entrent dans un dialogue et interprètent le film à travers leur musique et à travers une performance live le 29 mars à 21h en se servant de techniques analogues. Le son est enregistré numériquement et finalement reproduit « sans perte » en accompagnant le film.

Wieslaw Pipczynski, Kaufdorf (BE) & Regula Küffer, Bern (BE)

http://www.pipczynski.ch
regulakueffer.ch

Une boîte en bois, quelques boutons et deux antennes métalliques entre lesquels un champ électronique se produit: le thérémine, inventé en 1919 par un professeur de physique russe. Le musicien Wieslaw Pipczynski bouge ses mains dans ce champ électronique:  sa main droite commande la hauteur de la note, tandis qu’il utilise sa main gauche pour faire varier le volume.

Il est entre les rares artistes du monde qui savent jouer cet instrument.

Lors du digalog art festival le musicien présente Theremin and more, une de ses propres compositions pour le thérémine et un synthésizer analogue, il mélange les sons de la musique électronique avec des instruments des siècles précédents comme des vieux carillons ou un accordéon. La flûtiste et artiste de performance Regula Küffer enrichit le programme par une variation d’instruments à vents et d’objets sonores surprenants que le duo sort de sa valise.

Gysin-Vanetti / Andreas Gysin & Sidi Vanetti, Lugano (TI)

http://gysin-vanetti.com/

Andreas Gysin (1975) et Sidi Vanetti (1975) ont réalisé des projets communs indépendants depuis l’an 2000. Ils combinent des disciplines comme la communication visuelle et l’architecture avec des technologies récentes ou anciennes.

En plus de leurs activités de professeur et de designer ils présentent une grande variété d’oeuvres d’art et d’installations dans des galeries, des expositions ou dans l’espace public.

XXX
2018-19
Composition cinétique de trois croix de pharmacie LED.
Trois croix, inclinés par 45° et arrangés sur le sol sont reprogrammés à une nouvelle choréographie géométrique.

Camille Scherrer, Ollon (VD)

www.chipchip.ch

L’artiste d’interaction Camille Scherrer adore expérimenter à l’interface entre l’art et la technique et elle est à la recherche permanente de nouveaux champs d’expérimentation.

Avec l’installation interactive Boum Tchak Bam, trois chaises de taille plus grande que la normale proposent au visiteur de prendre place et de se reposer en basculant. Le mouvement des chaises provoque des sons et des bruits qui s’échappent de la chaise et qui accompagnent le balancement.

Livia Müller, Buttisholz (LU)

www.liviamueller.com

Livia Müller développe des créatures électroniques et des objets pneumatiques. Elle utilise différents matériaux comme le plastique, le scotch, la céramique ou l’eau pour la production de ses installations souvent adaptées au lieu et à l’espace.

breathing bodies, 2019: Les objets d’art gonflables sont organisés en groupe dans l’espace. Ils se remplissent, grandissent dans l’espace avant de s’effondrer. Le mouvement des objets leur donne un aspect vivant. Les visiteurs peuvent contrôler le rythme du mouvement respiratoire à l’aide de capteurs.

Le design et la programmation de chaque figure est unique et lui donne un charactère individuel.

Flo Kaufmann, Soleure (SO)

floka.com

Flo Kaufmann (*1973, Soleure) se présente comme « bricoleur universel » – dans son oeuvre d’art il se dédie à la confrontation expérimentelle de l’électronique, de la musique et des installations vidéo. Il utilise surtout du matériel du quotidien et des trouvailles en abstrayant leur fonction originale et en les transformant et créant des nouveaux objets et instruments.

Lors du digalog art festival l’artiste présente une installation qui vit des erreurs, du gémissement et des hasards qui se produisent lors de la conversion de l’analogue au numérique et vice versa.

Andy Guhl, St. Galle (SG)

andy.guhl.net

Andy Guhl (artiste, musicien, architecte de St. Galle) fait partie des sound artistes de première heure qui créent des nouveaux sons et images par une « électronique quotidienne hachée ». Il réutilise des pièces de construction de haut-parleurs, téléviseurs, caméras et d’autres machines en créant des objets d’art surprenantes, multicolores et résonnantes.

L’installation Imitator 2 copie des séquences de films et d’émissions de télévision en images coloré de haute définition.

Stefan Rohner, St. Galle (SG)

stefanrohner.ch

Stefan Rohner a grandi avec la photographie et le film – des médias dont il explore toutes les facettes. Entretemps il est un artiste multi média. Ses travaux vidéo sont souvent enveloppés de sculptures et d’objets. Stefan Rohner a reçu beaucoup de prix pour son oeuvre et il participe souvent à des expositions en Suisse et à l’étranger.

L’installation Solarisation montre un travail vidéo projeté par un moniteur insert dans une table. Pour la solorisation, une lumière blanche est allumée en plus de la lumière rouge de la chambre noire – ainsi une image surexposée est produite: mi-positive / mi-négative.

L’objet Dia-Globus: Des diapositives sur un globe lumineux.

Peter Aerschmann, Berne (BE)

aerschmann.ch

Peter Aerschmann est parmi les artistes multimédias plus profilés en Suisse. Parfois plein d’humour, parfois profond, parfois critique – dans ses courts métrages l’artiste compose des fragments optiques du quotidien pour créer une vision du monde – une vision qui, malgré sa légerté, touche à des questions existentielles. L’observation intense de la vie quotidienne et les réflexions complexes visant à reproduire des impressions et des souvenirs sont les points de départ des travaux de Peter Aerschmann.

Avec son dernier travail interactif Reagenz l’artiste vidéo expérimente avec des liquides colorés dans des tubes à essai. Il simule l’immersion de différents objets dans des tubes à essai en provoquant des réactions surprenantes qui se produisent dans les liquides analogues – le public peut intervenir en pressant des boutons.

Yoan Mudry, Genève (GE)

yoanmudry.com

Par son art, Yoan Mudry essaie de comprendre les méchanismes, l’abondance d’images, récits et informations qui envahissent notre monde. Il transforme des objets du quotidien en commentaires ironiques sur la société de consommation.

Yoan Mudry présente son installation TIC-TAC: cinq cafetières Bialetti chantant la version cover anglaise d’une chanson punk belgique.

Dirty Ghosts consiste en un groupe de chaussures robot qui sont mises en marche par une simple technique et bougent indépendamment dans la salle d’exposition. Contrôlés par un principe aléatoire, en végétant dans l’ombre, les chaussures représentent leurs propriétaires absents.

Daniel Imboden, Ballwil (LU)

www.dim-tech.ch

Daniel Imboden réalise des constructions techniques spéciales fabriqués de matériel hightech et de déchets électriques. L’artiste crée des oeuvres d’art méchatroniques, électriques et techniques.

logisch. Entre logique 0 et logique 1 nous sommes entourés de milliards d’états qui restent invisibles pour nous. L’objet produit une danse harmonieuse entre les états 0 et 1.

Kommunikation. Un levage de type méchanisme à ciseaux avance et filme le visage du spectateur, en le filmant plusieurs fois les images finalement projetés sur des petits écrans sont méconnaissables. L’artiste démontre la falsification et la distorsion des information dans la société (digitale) d’aujourd’hui.

Jonathan Owadja, St. Gallen (SG) & Marie Malou, Zurich (ZH)

www.machinaimaginis.com

Jonathan Owadja (*1983, designer, cinéaste et artiste) et Marie Malou (*1981, musicienne, chanteuse et sound designer), en coopération avec Marcel Siegwart (SG, technicien), créent des machines multicolores avec des clés et des et des interrupteurs analogues qui produisent des sons et des lumières et créent une atmosphère non seulement dans la salle mais en même temps dans la personne qui les opère.

La machine d’imagination est à la fois oeuvre d’art et jouet, elle peut être utilisée comme installation, comme instrument ou pour des performances.
Le duo présente la plus grande de ses machines d’imagination:

Rubens No 1 – Höllensturz der Verdammten
(Rubens no 1 – Le déluge des damnés)
L’installation consiste en 114 éléments de commutation, de lumières ou de touche. Marie Malou a créé une composition pour 4 mains qui se base en plus de 30 niveaux sonores pour la Machina Imaginis Rubens No 1, l’artiste en a établi un score graphique.

La composition sera présentée dans une performance en live lors du digalog art festival le 29 mars à 21.30h.